Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2010

ROMS - Démentellement des hébergements, Retour chez eux - Il s'agit avant tout d'un Geste Humanitaire

Il y a environ un an, sur notre Métropole s'étalait un espèce de "bidon-ville" constitué d'épaves de caravanes, bonnes pour la casse, à l'entrée de la ville de LILLE, sur l'emplacement de l'ancien Institut Médico-Légal, Porte de Valenciennes.

La manière dont étaient hébergés, ces familles, comme le sont d'autres diverses  villes françaises, relevait de conditions que l'on pouvait rencontrer communèment au Moyen-Âge, mais indécentes de nos jours.

Des caravanes, pour certaines sans vitres - celles-ci étant remplacées par des étoffes - quand il ne s'agit pas de cabanes construire de matériaux divers, récupérés sur une décharge publique. Pas de chauffage, pas d'éclairage,  pas d'eau, des conditions de vie, inadmissibles, de nos jours. L'insalubrité régnait en maître : amoncellement de détritus, en tout genre, aux alentours, sanitaires inexistants, eau fournie par l'intermédiare des bouches incendies, ... Repas assurés par quelques associations bénévoles ou la mendicité organisée, notamment aux feux de circulation.

_090213-roms-bride.jpg

Comment se faisait-il que des familles, dont beaucoup constituées d'enfants en bas âge, soient venues en France pour se retrouver à vivre ainsi sans aucune perspective d'avenir. N'oublions pas les drames humains dûs aux décés d'enfants errant au milieu de la chaussée, renversés par des véhicules.

roms lille expulsion.jpg

A qui profite cet exode d'un autre temps ? Qui peut leur fournir ces épaves, insalubres, en guise de logement ? Qui leur a fait miroiter qu'en France, ils trouveraient un "eldorado" ?

La situation de notre pays ne permet pas d'accueillir ces familles venues du fin fond de l'ex EUROPE de l'Est ! Nous connaissons déjà le problème des sans abris chaque hiver, dû, pour partie, à un déficit de logements. L'emploi ? La situation économique, instable, ne permet d'assurer du travail à tous ! Ce n'est pas pour autant que l'on se désintéresse de leur situation.

La décision prise par Nicolas SARKOZY et le gouvernement, de démenteler ces hébergements insalubres et de proposer à ces familles "Roms" de regagner leur pays, région, village, d'origine représente le début d'un geste humanitaire. Mais nous ne pouvons nous en satisfaire.

Venus de ROUMANIE, BULGARIE, SLOVAQUIE, sans un sous en poche, persuadés qu'ils trouveraient tout en FRANCE, il faut qu'ils acceptent de reconnaître que la meilleure solution, humainement positive, réside dans une amélioration de leurs conditions de vie dans leurs pays d'origines.

roms-romania.jpg

Ces pays, membres de l'EUROPE se sont vus attribuer des fonds européens, par la Commission, pour venir en aide aux "Roms" et aux défavosisés.

C'est ainsi que la ROUMANIE s'est vue attribuer 32 milliards d'euros, non remboursables sur la période 2007 à 2013. Seule condition : qu'elle en fasse la demande et qu'elle justifie de l'utilisation - 6 programmes, pour un montant total de 9,3 millions d'euros, sont gérés par l'Agence nationale pour les "Roms" ! Cependant le manque de résultats probants, le sort misérable qui leur est réservé, pousse ces populations à émigrer.

Normalement, c'est quelques 13,3 milliards d'euros qui auront été dépensés, entre 2007 et 2013, via le F.S.E.(Fonds Social Européen) pour l'intégration des "Roms" et d'autres groupes dits "vulnérables".

En ROUMANIE et en HONGRIE, la moitié des aides reçues sont destinées aux "Roms". De l'argent est aussi distribué à divers pays via le Fonds Agricole pour le développement régional en vue d'aider des minorités, dont les "Roms", à obtenir plus facilement un logement. Les Fonds Structurels permettent quant à eux de co-financer des projets pour la petite enfance.

Pour compléter le tableau des aides spécifiques, le Parlement européen a alloué 5 millions d'euros pour le lancement d'un projet pilote d'intégration centré sur le micro financement et l'enseignement.

A aucun moment, il n'est question de chasse envers qui que ce soit, ni de racisme. Les moyens financiers existent pour améliorer au quotidien las vie de ces populations. Seulement faut-il encore que les états concernés aient la volonté politique de vouloir changer les choses. Actuellement ce sont eux qui poussent les "Roms" à l'exode !

La FRANCE n'est, malheureusement, pas le seul état à devoir gérer ces problèmes humains.  C'est pourquoi, soutenue par la présidence belge, BRUXELLES a été interpellé par plusieurs états européens (FRANCE, ITALIE, SUEDE, ...)pour se pencher sur ce problème que représente l'intégration des "Roms" sur le territoire européen.

 L'EUROPE a la capacité d'exercer une pression sur les états à qui elle a attribué des fonds, afin qu'ils accélèrent les projets financés, et améliorent les conditions de vie de leurs propres ressortissants.

Quelques chiffres pour terminer. Ce sont environs 15 000 ROMS qui se trouvent sur le territoire français. Ils vivent la plupart du temps dans des abris de fortunes - tel que décrits plus haut. Après 3 mois passé sur le territoire français, sans domicile, ni sources de revenus, ils sont dans l'illégallité et deviennent expulsables. La FRANCE est déterminée à accélérer leur reconduite. En effet, elle ne peut accueillir toute la misère du monde. Les solutions n'en déplaisent à certains biens pensant sont ailleurs !

8 000 roumains et bulgares ont déjà été reconduits depuis le début de cette année, sans qu'il y ait eu tout ce tapage médiatique.

Il s'agit avant tout de mesures sanitaires.

01:34 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.