Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2010

Réserves de l'union Européenne sur le futur accord gazier pologne/Russie

En janvier dernier, le géant russe GAZPROM et le groupe gazier polonais PGNIG ont conclu un accord à long terme sur la livraisonet le transist de gaz. Celui-ci porte sur la prolongation jusqu'en 2045 d'un contrat de transit de gaz russe à travers les pays d'europe occidentale via la POLOGNE et le gazoduc YAMAL-EUROPE.

Le "hazard" faisant bien les choses la société EuRoPol Gaz appartient pour 48% à GAZPROM et 48% à PGNIG, gérant du tronçon polonais du gazoduc du YAMAL acheminant le gaz sibérien en Europe. Notamment sur la manière générale de gestion du gazoduc.

yamal-europe-gas-pipeline.jpg

La Commission européenne gendarme de la concurrence dans l'Union a émis des réserves sur ce dossier, doutant de sa conformité avec les règles européennes. Bruxelles veut avoir l'assurance que d'autres opérateurs gaziers "pourront avoir accès" au gazoduc " et que les tarifs seront équitables". le souhait des institutions européennes étant avant tout que le contrat aille dans le sens des intérets des consommateurs polonais. C'est à ce niveau qu'un doute subsiste. Il ne doit en aucun cas s'agir de la gestion d'un gazoduc par un ou deux opérateurs, d'autres, extérieurs, à leur demande doivent pouvoir y avoir accès.

Cet accord n'a pas encore été entériné par le gouvernement plonais, qui attend un avis de Bruselles pour se positionner.

Pour rappel,  entre 2006 et 2009,  les relations entre la Russie et la pologne se sont tendues en raison de ce projet d'accord. GAZPROM revendiquant, selon PGNIG, des "compétences élargies" au sein d'EuRoPol Gaz, et contestant des hausses de tarifs sur le transit de son gaz à travers la Pologne.

Les commentaires sont fermés.