Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2010

La Russie sur le chemin de la reconnaissance des méfaits du stalinisme

La Russie a accompli un pas très important dans la reconnaissance des crimes du stalinisme. Pour la première fois vendredi, la Douma - le parlement russe - a reconnu que le massacre de 4 400 officiers polonais dans la forêt de Katyn, en avril 1940, a été ordonné par Joseph Staline lui-même. «Les informations, longtemps conservées dans des archives secrètes, ont non seulement révélé l'ampleur de cette horrible tragédie mais également montré que ce crime a été commis sur les ordres directs de Staline et d'autres dirigeants soviétiques», rapporte le texte adopté par les députés. Seuls les communistes ont voté contre

Cette résolution intervient dix jours avant une visite officielle du Président MEDVEDEV en Pologne, le 6 décembre. «Il s'agit d'un bon pas et d'un signe important», s'est aussitôt félicité le président de la Diète polonaise, Gzegorz SCHETYNA.

Voilà un signe important qui devrait permettre un rapprochement entre les deux pays, et incidemment l’Union Européenne.

Il est important que l’Union Européenne et la Russie puissent renforcer leur coopération dans un certain nombre de domaines, dont l’espace, le nucléaire, la recherche,... La Russie, Etat démocratique, comme les pays européens, n’est pas à l’abri du terrorisme, aussi, il semble naturel qu’elle soit partie intégrante du bouclier anti-missiles qui doit être mis en place.

Autres signes de rapprochement et de détente :

 

Le président géorgien, Mikhaïl SAAKACHVILI, se dit prêt à tendre la main à la Russie pour mettre un terme à la crise née de la guerre de 2008 en Abkhazie et en Ossétie du Sud.

 

La situation politique en Europe a changé avec la chute du Mur de Berlin et la Chute du communisme en Russie. Les rapports ont changé. La Russie ne doit plus être considérée comme un adversaire, mais un véritable  partenaire à qui il faut faire confiance. La question de l’adhésion, de l’Ukraine, comme de la Géorgie, à l’OTAN, dans ces conditions ne constitue plus une priorité. Les temps sont à un rapprochement entre l’OTAN et la Russie. Nous l’avons entrevu à Lisbonne. Autre signe de rapprochement avec la Russie, sa demande d’adhésion à l’Organisation Mondiale du Commerce.

03:23 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.