Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2011

En attendant des aménagements plus étudiés : je demande la suppression des bandes cyclables en milieu urbain !

Deux cyclistes victimes d'accidents mortels en trois semaines, et combien d'autres blésssés plus ou moins gravement en ville, cela donne raison aux opposants aux bandes cyclables en ville.

Circuler en ville, à vélo, relève déjà d'une gagure ! Emprunter les bandes cyclables, et par dessus tout s'y croire en sécurité, pensant que leur matérialisation ait été étudiée, relève de l'inconscience !

Parmi ces décideurs, qui vous ricanent au nez, lorsque vous abordez le sujet, combien ont ou circulent régulièrement à vélo ? Qui parmi eux, combien se sont retrouvés dans une rue à sens unique, où le stationnement bilatéral est autorisé, suivi par un bus ou un autre véhicule, qui voulant doubler un vélo, ne peut que le tasser contre les voitures en stationnement, étant donné la largeur de l'artère ? Pour s'en sortir le cycliste doit être équilibriste pour garder sa ligne !

Les artères lilloises sont déjà saturées par la circulation, le stationnement, les véhicules à l'arrêt, les camions de livraison, les travaux, ... Dans ces conditions, comment voulez-vous que soit respecté une bande cyclable face à la perte d'attention ou l'énervement des uns et des autres, née de ces conditions de conduite.

Pour faire cohabiter l'ensemble des moyens de circulation il faut repenser l'aménagement de la voirie par rapport à sa largeur. Peut-être que des concessions sont à faire au détriments des uns ou des autres. Pour un vélo, le danger est permanent en ville, et le parcours représente une course d'obstacle en milieu hostile. La seule solution réside dans la réalisation de sites propres réservés aux vélos, y compris l'aménagement de carrefours qu'ils puissent traverser en toute sécurité.

Il ne faut pas compter que sur le civisme où le changement d'attitude des conducteurs comme le préconisent certains. Par le passé lors de l'apprentissage de la conduite, le moniteur nous disait de respecter 1 mètre de distance lorsque l'on doublait un vélo. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Le plus navrant, c'est que nos aménageurs, lorsqu'ils en ont l'occasion ne cherchent pas à innover, à l'heure où l'on ne cesse de parler de "déplacements doux". Je pense, ici, à la "zone de l'Union", friche en cours de discussion de projets d'aménagement urbain. On veut pourtant en faire un exemple d'éco-quartier! S'ils sont à cours d'idées, qu'ils aillent voir comment cela se passe en Belgique ou aux Pays Bas. Plus simplement que l'on fassent appel à l'expérience de leurs cabinets d'aménagement urbain.

Sans chercher à polémiquer, je pense que sans la présence de la bande cyclable, cet enfant de 12 ans ne serait pas mort dans ces tragiques circonstances. On peut penser que le père et ses enfants arrivant au carrefour, voyant le clignotant droit allumé seraient raisonnablement restés derrière le camion.

Par contre, ceux qui ont décidé du tracet de la bande cyclable, rue du Faubourg des Postes, sont des irresponsables. A cet endroit c'est envoyer les cyclistes à la mort, comme l'ont pu faire certains de nos généraux lors du premier conflit mondial ! La topographie des lieux ne pouvant aboutir qu'à ce résultat.

Il était évident qu'un jour un accident devait se produire, tant le nombre de voitures voulant tourner à droite est important. Beaucoup d'automobilistes au lieu de suivre la file, n'hésitent pas à s'engager juste avant le haricot, coupant dangereusement la bande, sans se préoccuper ni des autres véhicules et encore moins des vélos.

On ne trace pas des endroits réservés aux vélos d'un trait de pinceau ! c'est de l'utopisme !

Velille.jpg

Un conseil : avant de lancer un bataillon de cyclistes du dimanche, inexpérimenté dans les artéres lilloises, via le vélib, pensaient à la sécurité de ces usagers pour qui les conditions de circulation seront bien différente de celles rencontrées à Paris, Lyon ou ailleurs.

Les commentaires sont fermés.