Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2011

Les français convaincus par les explications de Nicolas SARKOZY au sujet de la crise

Un sondage effectué après l'intervention du Chef de l'exécutif de jeudi dernier laisse apparaître que 55% des français ont été convaincus par les explications de Nicolas SARKOZY.

Comme il l'a reconnu chacun porte sa part de responsabilité dans la hausse de notre endettement, mais l'explosion la plus forte s'est déroulée sous présidence et gouvernance de gauche.

La mesure qui a le plus plombé notre économie a été le passage aux 35 H. Une abérration à une époque où la recherche de la compétitivité étair la règle. L'augmentation du coût du travail a eu pour conséquence une fuite des investissements dans d'autres pays. ire que le seule seul état au monde a avoir mis cette mesure en place fut La FRANCE ! Quel manque de lucidité !

Bravo à Martine AUBRY et toute son équipe, dont faisait parti François HOLLANDE. Il a bien fallu que l'ensembe des  parlementaires socialistes votent cette loi sélérate, afin qu'elle soit adoptée, n'est-ce pas ?

Quand à La Gréce, Nicolas SARKOZY  a raison. Cet état ne remplissait pas les conditions requises pour entrer dans la zone euro. J'ajouterai que l'obtention des Jeux olympiques à ce pays n'ont rien arrangé. Le retour sur investissement n'a pas été au rendez-vous !

Un exemple parmi d'autres :  le pont de Rion Antirion. Ce pont relie le Péloponnèse à la Grèce continentale (d'une longueur totale d'environ 2,4 km).

Pont Gréce.jpg

Le coût global du projet s'élevait à 772 millions d'euros. La subvention publique représentait 335 millions d'euros ! A noter que la Banque d'Investissement n'était pas partante pour financer projet (sauf à ne prendre aucun risque). Projet coûteux du fait des contraintes techniques qui s'imposaient : Résister à un séisme de force 7 de magnitude sur l'échelle de Richter, Résister à des vents violents (50m/s).

A ce coût, il faut ajouter les frais de fonctionnement tout aussi conséquent. Et encore combien d'équipement sportifs sont aujourd'hui à l'abandon, quel gâchis !

L'attribution de ces Jeux a accentué la dette publique grecque. Avec une économie basée essentiellement sur le tourisme, une telle issue était à prévoir. Tout cela pour un symbole. Les instances internationales devraient aussi être plus regardantes  et s'attacher à la faisabilité financière de tels projets. faisabilité contrôlée par les structures indépendantes.

Voilà les conséquences du rêve. Aujourd'hui et encore moins demain, les françaises et les français n'ont pas besoins que l'on leur vende du rêve ! Ils attendent une reprise de l'économie, qui relancerait le pouvoir d"achat, la baisse du chômage, notamment des jeunes. Ce redressement passe par des mesures parfois impopulaires au plan national. La création d'une gouvernance économique  et sociale commune de la zone euro en représenterait une autre. Mais...

Monsieur HOLLANDE êtes- vous prêt à soutenir de telles mesures nouvelles et indispensables ? Je ne le pense pas. Vous n'en avez pas le courage ! La peur de la franchisse. N'êtes-vous pas tenu par un programme économique à la fois stupide, irréalisable  et dépassé ! Ce que vient d'ailleurs de confirmer votre ami, le Président de la Commission des finances à l'Assemblée nationale.

Durant ces quatre dernières années, quelles ont été les propositions socialistes nouvelles et sérieuses ? A ma connaissance aucune. Consensus, unité face à la crise,  ne font pas parti de votre vocabulaire !

Nicolas SARKOZY et sa majorité dont fait partie le Nouveau Centre, ont supporté seuls, l'ensemble des mesures prises. Mesures qui ont permis à notre pays de moins souffrir que les autres. Aujourd'hui, nous ne sommes pas encore sorti de la tempête. Une accalmie se dessine, mais il faut pas relâcher l'effort.

Ce n'est pas au milieu du gué que l'on change de capitaine ! D'où un soutien plein et entier à notre Président qui lui n'est pas en campagne ! mais sans cesse sur le gril.

 

20:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.