Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2011

Accord franco-allemand : premier pas vers une gouvernance intégrée de la zone Euro ?

La crises qui touche les pays de la zone euro oblige leurs dirigeants à prendre des mesures dans l'urgence.

C'est ainsi que Angela MERCKEL et Nicolas SARKOZY se sont retrouvés pour jeter les bases d'un futur nouveau traité. Bases qui seront présentées  au Conseil européen, ce jeudi, à Bruxelles.

Les grands points à retenir sont les suivants :

- la soumission à des sanctions automatiques en cas de non respect de la règle du déficit public inférieur à 3%,

- l'adoption de la règle d'or d'équilibre budgétaire,

- la vérification du respect de la règle d'or par la Cour de Justice de l'Union européenne. Cette règle est portée et soutenue par les Centristes ( UDF, Nouveau Centre confondus) depuis le programme présidentiel de 2007 ! 

- souhait d'avancer l'entrée en vigueur du mécanisme européen de stabilité à 2012 au lieu de 2013,

- l'abandon de la règle de l'unanimité pour celle de la majorité qualifiée de 85%,

Ces mesures seront-elles suffisantes ? Elles ne visent qu'à la réduction de la dette publique. De plus pourront-elles être mises en application rapidement ? (temps de la ratification par les états).

On peut en douter, surtout quand on connaît le peu d'empressement des socialistes à voter la règle d'or. En effet, François HOLLANDE vient encore de se déclarer hostile à l'introduction de celle-ci avant les présidentielles. Ne veut-il pas faire reposer la situation économique actuelle sur les seules épaules de notre Président, alors que la gestion socialiste, l'application du programme commun y ont largement contribué. Seulement les socialistes ne veulent pas reconnaître leur responsabilité. Qu'en serait-il, s'ils revenaient au pouvoir ? On ne peut avoir aucune confiance en eux.

A ces mesures, on souhaitait voir se greffer les prémices d'une gouvernance fédérale économique, budgétaires et sociales  des pays de la zone euro, avec un certains nombres de prérogatives.  Hélas ! Que cette Europe, là, a du mal à se construire.

On multiplie les petites réformes alors qu'une solution plus radicale s'impose. Nous ne sommes plus dans la situation de l'après-guerre. Dans le contexte mondial que représente la souveraineté si l'on a pas les moyens de l'assumer ! Aujourd'hui, la force de l'Europe réside dans le Fédéralisme, avec un fonctionnement d'Institutions simplifiées répondant à des questions fondamentales. Oublions les antagonismes, les guerres du passé. Elles appartiennaient à une autre génération.

Sans cet effort, nous serons condamnés.

 

Les commentaires sont fermés.