Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2011

Que 2012 soit ...

Chères amies, Chers amis,

Dans quelques heures 2011 va tirer sa révérence. Celle-ci a été marquée par une nouvelle étape dans la crise qui frappe nos états depuis plusieurs années. Face à nos économies menacées, nous avons pu répondre, non sans difficultés, d'une seule voix : celle de l'Europe, portée par le tandem Franco-allemand.

Dire d'acheter français ou produit en France peut représenter un semblant de solution, sous condition d'une harmonisation européenne des côuts de production, de l'instauration d'un revenu minimum dans chaque état membre. 

Une partie de la solution est en cours d'approbation, mais cela risque d'être insuffisant. Les pays de la zone Euro, doivent aller plus loin dans le cadre d'une intégration politique fiscale, économique et sociale commune. Unis, nous trouverons une sortie à cette crise.

L'Europe posséde des atouts, c'est ce qu'à compris notre président, Nicolas SARKOZY, en étant à l'initiative de cette coopération européenne.

Un équilibre doit être trouvé entre la réduction de la dette publique et la lutte contre l'austérité.

D'autant que cette austérité n'épargne pas nos concitoyens. Nombre d'entr'eux sont touchés par le chômage ou risquent d'être touchés dans les mois qui viennent.

Ceux qui promettent une sortie de crise par un repli national, ou plus d'interventionisme de l'état ne font que du populisme.

A quelques heures de 2012, je voudrai vous présenter mes meilleurs voeux de bonheur, prospérité, en ayant une pensée articulière pour ceux qui souffrent de la crise et n'ont pas les moyens de fêter ce passage à l'an neuf. Nous devons tout entreprendre pour améliorer leurs conditions de vie et celle de leurs enfants. C'est le plus grand des devoirs qui incombe aux politiques !

2012, sera marquée par une élection importante, celle du Président de la République. A l'heure du choix, ne retenons que les prises de décisions qui ont épargné à notre pays de souffrir plus de la crise. Aux premières années du quinquennat qui ont vu s'appliquer les promesses du candidat, dont certaines n'étaient peut-être pas appropriées, mais à imputer sur une erreur de jeunesse, a suivi une reprise en main, pour une politique sérieuse et responsable. Aujourd'hui, nous sommes au milieu du gué. Est-ce le moment de changer de capitaine ?

Posez-vous cette question.

17:14 Publié dans Voeux | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.