Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2012

les illusions socialistes

Malgré beaucoup d'efforts consentis depuis plus d'une semaine, le camps "HOLLANDE" semble faire beaucoup de bruit pour un impact quasiment nul.

La réaction durant le week-end qui suivi l'annonce de la perte du triple A par l'agence "S & C", jusqu'au lundi où une autre agence, "Moody's", de son côté le maintenait, nous avons assisté à une attaque continue contre notre Président et son gouvernement, jugés, selon eux ,seuls responsables de cette situation. Puis, du lundi, panne de son ! Panne de son encore, quand il a été annoncé que la France avait emprunté à un taux encore plus bas qu'avant la prise de position de ces agences !

Puis, durant toute la semaine on nous a barassiné avec l'évenement de ce dernier week-end : le discours d'entrée en campagne de François HOLLANDE au Bourget, devant 10 000 militants. On nous promettait un programme à la hauteur de la situation ! Un discours programme aux accents mitterrandiens (donc d'un autre temps). Quelle ne fut pas la déception d'entendre reprises de vagues propositions maintes fois entendues avec un saupoudrage d'idées nées de l'actualité de ces dernières heures !

Sur la partie, finances et  économie, cela se sentait bien que François HOLLANDE n'a que très peu de notions en la matière. Que du survol ! Rien de folichon !

En fait, nous avons assisté à la lecture d'un texte, mal maitrisé par son orateur. Texte ponctué d'intonations venues d'ailleurs, pour ne pas dire de l'au delà ! 

Dans un face à face avec Jean-Luc MELENCHON, tant ce qu'il a développé, que son éventuel programme ne tiendrait. Au fait, accepterait-il un tel débat ? Il est probable que non.

On a retrouvé dans son  discours des arguments employés lors des Primaires, ne se contentant que d'un simple survol d'idées sans connaissance de la réalité de la situation de crise exceptionnelle. On pouvait s'attendre à autre chose de la part d'un prétendant travaillant sur son projet depuis la fin des Primaires. Le discours était populiste. Il a employé les mots que les militants présents voulaient entendre - Propos entendus durant ses différents déplacements et rencontres. Rien de plus.

Rien de convaincant. Pour s'en aperçevoir, il suffisait d'observer les visages des participants à cette grand messe socialiste. A part, l'auto-suffisance des organisateurs, du staff...

Petite remarque, François HOLLANDE n'a manifesté aucun enthousiasme à entonner la Marseillaise, ou n'en maîtrise-t-il pas les paroles !

Ce rassemblement était à son image. Comment peut-il en imposer, lui,  qui en tant que Maire de Tulle,  n'ait pas su imposer aux restaurateurs l'accueil des clients après 20 heures en période estivale (vécu).

Que du blabla... mais gardons bien en tête qu'il a déjà annoncé qu'il emploierait la méthode "corrézienne" pour renflouer les caisses de l'Etat : une augmentation massive des impôts.

Il n'est pas étonnant d'entendre les français, quelques soient leurs opinions, estimer que Nicolas SARKOZY repassera. Il est le seul à avoir su prendre à bras le corps la crise, au point d'en réduire les conséquences pour la France. C'est le seul candidat capable.

 

Les commentaires sont fermés.