Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2012

le logement, un droit à la dignité pour chacun

La politique du logement constitue un point important des programmes à l'élection présidentielle. Elle portera sur la construction de logements sociaux comme d'habitude, avec des chiffres irréalistes pour certains.

En tant que Centriste, et proche des situations difficiles, il importe de traiter en priorité, sans tomber dans la démagogie,  celles qui concernent les jeunes, les salariés bien que travaillant disposent d'un salaire ne correspondant pas à deux ou trois mois de loyers selon les cas, puis aussi à ces pauvres gens qui ayant tout perdus du fait de la perte de leur emplois se retrouvent à coucher dans la rue, voir dans de vieux véhicules. Ces situations sont inadmissibles et réclament des réponses concrétes.

Outre la construction de logements, si des obligations ne sont pas imposées aux bailleurs, rien ne changera ! Il est inadmissible que des jeunes qui ont un travail, comme d'autres salariés (voir fonctionnaires) avec des revenus stables ne puissent trouver de quoi se loger !

Pour les sans domiciles fixes, il faut comprendre que ces personnes ne souhaitent pas occuper des dortoirs collectifs, qui n'offrent aucune intimité ! Qui accepterait de telle conditions ? Ceux-ci ne fonctionnent pas hors péridode de grand froid. Ne serait pas possible d'aménager de petits logements individuels ou familiaux à moindre coût dans de petits espaces arborés (nos architectes en sont capables) et aider les associations caritatives à mettre en oeuvre un accompagnement social capable de les écouter et de faire preuve de patience, pourquoi ne pas leur mettre à disposition de petits jardins, et les aider à sortir de leur condition, par l'organisation de chantiers école où ils seraient acteurs de leur réinsersion. Nous n'avons pas le droit de laisser ces personnes ainsi érrer dans les rues. Certaines ont un parcours derrière elles, et n'ont pas choisi la rue, mais en sont arrivées là suite à des événements familiaux, professionnels.

En matière humanitaire, ce sont celles-ci qui doivent être prioritaires (n'est-ce pas Madame AUBRY !) et méritent d'être aidées.

Je souhaite qu'une politique plus volontariste soit menée envers ces publics, elles ne nécessitent pas des moyens énormes.

Monsieur HOLLANDE hors mis de belles paroles, préfére occulter ces difficultés. Les valeurs de la gauche ! Mais il y a longtemps qu'il s'est assis dessus. Ce dont ils sont capable de faire, réside dans l'organisation de coups médiatiques afin mettre en difficulté les preneurs de décisions.

Les commentaires sont fermés.