Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2012

2013 : Année d'une remise en cause

Le fait majeur de cette année qui se termine a été l'élection de François HOLLANDE à la présidence de la République française. Bon nombre de ses électeurs ont cru voir renaître l'esprit de 1981. Il faut dire que les promesses faites tout au long de la campagne semblaient alléchantes, mais sortaient d'une autre époque, révolue.

Crise financière, fermeture d'entreprises, chômage, endettement public record, mise à mal de la compétivité des entreprises, baisse de la consommation, ... voilà la triste réalité dont il fallait tenir compte.

L'inexpérience du gouvernement fraîchement installé, n"a pas tenu compte de ces données. Conséquence augmentation de l'endettement public, par la création de nouvelles dépenses, compensées par l'adoption de nouvelles taxes et augmentations inconsidérées d'impôts de toute nature.

D'un coup de main, toutes les mesures prises par la précédente majorité ont été balayée, sans réflexion sur leur pertinence. Tout cela par pure idéologie.

Une des conséquences de cette situation économique, un accroissement du chômage depuis plusieurs mois, sans compter les plans sociaux en cours, dont le plus important concerne le secteur automobile employeur direct ou indirect d'un nombre important de salariés.

Face à ces situations qui peuvent s'avérer dramatiques parfois, 2013 doit être l'année de la solidarité vis à vis de nos concitoyens qui vont subir de plein front ce risque d'exclusion.

Des réformes s'imposent. Celles-ci doivent êrte prises en dehors de tout critère idéologique. Seul intéret des françaises et des français doit entrer en ligne de compte.

Il faut arrêter de désigner des responsables du doigt, de monter les français les uns contre les autres. Nous devons nous en sortir ensemble, unis, par des mesures équitables.

Deux mesures sont  prioritaires :

Une première consisterait à protéger le logement des familles. Il conviendrait de tout mettre en oeuvre pour le préserver, faire en sorte que personne ne puisse être expulsé du fait qu'il ne sache honorer ses remboursements, ses loyers.

Une seconde mesure qui s'imposerait, consisterait à ne mettre en place que des parcours de formation débouchant sur un emploi, surtout dans l'application de plans sociaux face à des cabinets peu scrupuleux. La bonne démarche consisterait à trouver un employeur en amont de la démarche formation. Cela est possible, surtout si l'on réduit de manière significative les charges pesant sur les entreprises (TPE, PMI-PME), quitte à créer un peu d'endettement qui serait compensé dans un second temps, par un retour sur investissement qui se traduirait par une reprise de la consommation.

Et puis à côté de celles-ci, une d'envergure s'impose : une gouvernance européenne pour la zone euro. Bien entendu, cela impose un certain abandon de la souveraineté des états, mais aujourd'hui face à l'émergence d'autres pays, c'est une question de survie ! Nous ne pouvons vivre sur nos acquis et les défendre bec et ongle sans tenir compte de la réalité qui nous entoure. Comment un peuple qui a toujours été à l'avant garde peut-il en arriver là ? Un sursaut d'orgueil s'impose.

Que 2013, soit l'année 0 de cette prise de conscience.

Meilleurs voeux à toutes et tous.

18:23 Publié dans Voeux | Lien permanent | Commentaires (0)