Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2013

Un investissement à la hauteur de l'Eurométropole : Soutien inconditionnel au projet régional de RER

Parcourant l'excellent projet du futur RER (une fois n'est pas coutume !),  une première remarque s’impose. Si à Lesquin, il semble évident que l'arrêt se fasse au niveau de l'aéroport, il serait judicieux de prévoir une interconnexion avec un prolongement de la ligne 1 du métro lillois, de manière à ce que les étudiants fréquentant les universités de Lille 1 et 3 puissent accéder à ces lieux directement sans devoir passer par Lille Flandre.
D'ailleurs, dans l'étude réalisée, a-t-il été tenu compte du taux de fréquentation en 2025 des structures existantes de cette gare ? A force de greffer des interconnexions, n'arrivera-telle pas à saturation, notamment au niveau des stations de métro, même avec un doublement des rames ? D'où l'intérêt d'un dispatching au niveau de Lesquin.

Par contre, il faut, en complémentarité, développer le réseau routier, car d'une part le RER ne couvrira pas tout le territoire de la grande métropole, et d'autre part, il importe de dévier le trafic international, toujours croissant,  par un contournement au sud de Lille tant en direction de Valenciennes, Tournai, qu'en direction de Dunkerque et des Flandres belges.

On peut aussi se demander si la plateforme multimodale est bien située à Dourges, car pour y accéder les poids lourds venant de l'Europe du Nord doivent traverser la métropole et donc se mêler à la circulation locale déjà dense. Lorsque l'on voit déjà le nombre de camions  à l'heure actuelle, il est permis de se poser des questions dans le cadre d'une projection à 2025.

 

Ce projet, notamment pour son volet financement, devrait être lié à la concrétisation de l'espace transfrontalier voulu par Pierre MAUROY, d'Eurométropole, doté d'un véritable statut juridique européen, lui permettant de fonctionner en tant que collectivité territoriale européenne transfrontalière reconnue par la CEE. Dans ce domaine là aussi, il faut aller de l'avant si l'on veut bâtir l'Europe. L'opportunité nous en est offerte !